Immobilier : qui sont les étrangers qui achètent en France ?

26 juin 2019

21 Juin 2019 - La France séduit toujours de nombreux acquéreurs étrangers. Et malgré le Brexit, les Britanniques restent les premiers acheteurs de biens immobiliers en 2018.


Etrangers non-résidents, résidents et Français expatriés ont acquis pour plus de 17,7 milliards d'euros de biens immobiliers. Un marché qui a progressé en 2018 (+ 6 %), notamment pour les étrangers résidents (+ 8 %). BNP Paribas International Buyers, spécialisé dans l'accompagnement des non-résidents réalisant une opération immobilière en France, livre quelques réponses dans la 11e édition de son Observatoire du marché des acquéreurs immobiliers en France.

Un marché qui se stabilise. Après plusieurs années de hausse, le marché des acquéreurs étrangers non-résidents se stabilise à un niveau élevé (+ 0,4 %). En revanche le montant moyen des acquisitions est en baisse de 4,6 % (288.000 € en 2018 contre 303.000 € en 2017).

Les Britanniques aiment la France. Manifestement le Brexit ne perturbe pas les Britanniques. Mieux leurs acquisitions ont augmenté de 4 % en 2018. Ils restent d'année en année les premiers acquéreurs étrangers en France (27 %). Ils sont suivis par les Belges (19 %). Pour la première fois, les Allemands prennent la troisième position devant les Suisses qui, comme les Italiens et les Néerlandais, continuent à baisser légèrement.

Une répartition géographique inégale. Sans surprises, Provence-Alpes-Côte d'Azur (la fameuse French Riviera pour les Européens du Nord) conserve la tête du classement avec 20 % des transactions réalisées par les non-résidents étrangers, suivie par l’Occitanie (15 %), la Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes. Mais c’est en Ile-de-France qu'on enregistre la plus forte progression avec une croissance de 15 %.

Les Scandinaves dépensent le plus. Si les Scandinaves ne sont pas les plus nombreux, en revanche ce sont eux qui possèdent les plus gros budgets. Les Norvégiens (612.000 €), les Suédois (501.000 €) et les Danois (479.000 €) composent le tiercé de tête des nationalités qui dépensent le plus, devant la Chine (453.000 €), les États-Unis (415.000 €) et la Russie (377.000 €). Pour la Suède, ce montant a augmenté de 15 % en un an. Mais la progression la plus spectaculaire est celle des Pays-Bas avec + 30 % (298.000 €). Enfin, les Britanniques (- 7 %) et les Russes (- 25 %) sont les seules nationalités pour lesquelles ce montant moyen est en baisse.



Source : www.pap.fr

En cliquant sur "J'accepte", vous autorisez l'utilisation de cookies afin de vous assurer une experience optimale sur ce site.

En savoir plus J'accepte

Pour participer à l'effort collectif de lutte contre l'épidémie, et conformément aux directives du gouvernement notre équipe respecte les instructions gouvernementales et fermera l'accès au public de son agence. Nous restons néanmoins joignables via les coordonnées présentes sur notre site.